La réécriture de Bart et Polyakov de l’œuvre par excellence du répertoire romantique du Ballet de l’Opéra de Paris impose à ses solistes beaucoup plus qu’une impressionnante virtuosité. Elle commande un réel engagement théâtral qui saura entraîner même le spectateur inhabitué.

Giselle
de Adam

BALLET
Durée : 2 h environ.

Musique : Adolphe Adam. Livret : Théophile Gautier et Jules‑Henri Vernoy de Saint-Georges. Adaptation : Patrice Bart et Eugène Polyakov. Chorégraphie : Jean Coralli et Jules Perrot. Décors : Alexandre Benois.

Ballet romantique par excellence, Giselle marque l’apogée d’une nouvelle esthétique. Tutus vaporeux, gaze blanche, tulle et tarlatane envahissent la scène. Dans la transfiguration fantastique d’une tragédie, les Wilis participent à l’illusion de l’immatérialité. Créé à l’Académie royale de musique le 28 juin 1841, le ballet voyage en Russie et disparaît du répertoire avant son retour en France en 1910. C’est aujourd’hui dans la version de Patrice Bart et d’Eugène Polyakov, fidèle à la chorégraphie originelle de Jean Coralli et Jules Perrot, que le ballet continue de confirmer ses premiers succès. Scènes lumineuses et terrestres, visions nocturnes et spectrales : la danse devient langage de l’âme.