Après un Médée formidablement déroutant à Salzbourg plus tôt cette année, Simon Stone amorce des débuts attendus à l’Opéra de Paris. Réputé pour ses mises en scène à l’imagerie et à l’intimité toutes cinématographiques, il hérite du livret idéal : celui de La Traviata.

La Traviata
de Verdi

OPÉRA
Durée : 3 h 05 environ.

Musique : Giuseppe Verdi. Livret : Francesco Maria Piave. D’après : Alexandre Dumas fils. Direction musicale : Michele Mariotti. Mise en scène : Simon Stone.

En ouvrant son opéra par un prélude pour cordes d’une économie de moyens inédite, Verdi affirmait en 1853 sa volonté de bousculer les conventions et les normes. Là n’est pas la moindre des radicalités de son œuvre : sa « Traviata » met implacablement à nu la violence d’une société qui prône la jouissance matérielle et finit par sacrifier une innocente victime sur l’autel de la morale bourgeoise. Simon Stone aime travailler au corps à corps les pièces du répertoire pour les entraîner vers des territoires plus intimes. Ce metteur en scène, qui compte parmi les plus remarqués au théâtre aujourd’hui, fait ses débuts très attendus à l’Opéra national de Paris.